Le pouvoir de transformation de la méditation

Le pouvoir de transformation de la méditation

Ceci est aussi disponible en: Anglais

– Si la méditation peut être une pratique presque exclusivement mentale, elle peut aussi devenir un chemin de vie transformateur. Un tel cheminement passe nécessairement par une transformation corporelle énergétique, la volonté d’accueillir tout ce que la vie nous présente comme une occasion d’apprendre et de grandir, et la responsabilité pleinement assumée de nos pensées, actions, réactions et réponses. Une pratique méditative personnelle soutient ce cheminement lorsque nous sommes profondément reliés à notre corps et à notre esprit. Apprendre à habiter intimement notre paysage intérieur nous emmène alors vers notre libération.

Afin d’approfondir notre pratique méditative, deux choses sont essentielles. La première est d’affiner notre capacité d’auto-observation et de présence constante à tout ce qui se manifeste en nous. La deuxième est d’assumer et d’accueillir ces manifestations avec amour et compassion. La transformation de nos blessures psychologiques et émotionnelles profondes exige de nous que nous portions notre conscience et notre compassion vers nos pensées et nos croyances, ainsi que toutes les parties du corps qui s’enferment, résistent, souffrent et se contractent. Mais, assumer ne signifie pas nous considérer responsables des blessures ou des évènements traumatiques que nous avons pu subir. Certaines personnes ont enduré et survécu à des choses effroyables, il n’y a aucun doute là-dessus. L’indignation provoquée par les actions des personnes coupables ou bien par les circonstances des évènements traumatiques est alors légitime. Cependant, le mal est fait et l’on ne peut pas changer le passé. En revanche, l’instant présent et la possibilité d’un avenir différent sont toujours à portée de main. Assumer la pleine responsabilité de nos blessures psychologiques et émotionnelles nous permet d’agir. Tant que nous nous posons en victimes, il nous est impossible de changer nos circonstances. Accueillir pleinement, remettre en mouvement, et cheminer avec les empreintes créées par nos traumatismes nous offre la possibilité de guérir profondément, de grandir et d’envisager un avenir différent.

Le corps nous livre directement ses intuitions. Contrairement à l’intellect, qui s’embrouille dans la confusion, les histoires, les croyances, les névroses – voire la psychose – le corps ne ment jamais. Partout où nos tissus sont tendus et contractés, la conscience s’est condensée. Chaque stress ou évènement traumatique subi, quelle qu’en soit la nature physique, émotionnelle ou mentale, et cela remontant jusqu’à la vie intra-utérine, laisse une empreinte. Cette empreinte peut – de nombreuses façons et à de nombreux niveaux – porter atteinte à notre croissance et à notre développement. Ainsi, une étude scientifique a montré que les femmes enceintes ayant directement subi les attaques sur le World Trade Center en septembre 2001, qui par la suite ont développé des symptômes d’un trouble de stress post-traumatique (TSPT), ont donné naissance à des enfants également atteints de symptômes de TSPT. Les évènements traumatiques, maladies, abus, situations parentales dysfonctionnelles, environnements hostiles, etc. qu’un enfant a endurés laissent leurs empreintes dans sa mémoire cellulaire et sont à même d’impacter chacune des facettes de son développement. L’un de mes amis masseur-thérapeute disait : « Nos mésaventures se logent dans nos tissus » (« The issue is in the tissue » ). Nous ne sommes pas voués à être les victimes de nos « mésaventures ». Bien au contraire, celles-ci peuvent catalyser notre croissance, notre développement et notre éveil. Aujourd’hui, le concept de Croissance post-traumatique fait son chemin, et vient recadrer le TPST, appuyé par de nombreuses études scientifiques. Plus le traumatisme est important, plus la probabilité d’une croissance post-traumatique est grande. La corrélation est directe.

Je crois que nos vies nous offrent tout ce dont nous avons besoin pour évoluer et nous éveiller. La première Noble Vérité du bouddhisme n’est-elle pas que l’existence est imbue de souffrance ? La souffrance ne se fait pas désirer. L’envergure des écarts d’expériences de vie et l’immensité de la souffrance endurée dans le monde aujourd’hui me touchent profondément. Et, il m’arrive souvent de songer à combien cette souffrance est amplifiée par notre façon de rentrer en relation avec elle, mentalement et émotionnellement. Je crois aussi que notre point de levier le plus puissant se trouve dans l’instant présent, en nous-mêmes. Une citation de Lao Tzu, philosophe et écrivain chinois du 6ème siècle, a d’ailleurs été dans ce sens un mantra qui m’a accompagnée sur un bon bout de chemin, il y a de nombreuses années :

« Si vous souhaitez éveiller l’humanité toute entière, éveillez donc la totalité de votre être. Si vous souhaitez éliminer la souffrance dans le monde, éliminez donc toute obscurité et négativité en vous. En vérité, le plus beau présent que vous ayez à offrir est celui de votre propre transformation. »

Il y a dans le corps physique une intelligence et un élan innés vers la santé et la guérison, et je suis convaincue que cette intelligence et cet élan habitent également la totalité de notre être. Relier et enraciner notre conscience dans la matrice immatérielle, le champ fondamental, la source d’où jaillit la vie – et apprendre à incarner cette énergie – soutient notre transformation et notre guérison. Alors, nous pouvons offrir notre propre transformation à l’humanité toute entière.

– par Kathy Fellows-Moss

Traduction de l’anglais par Naomi Walker – www.naomi-walker.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.